logo-mini

Pierre Ardouvin « LA MAISON VIDE »

Du 09 avril au 04 septembre 2011
Vernissage de la première partie* : samedi 9 avril à 18h

Extrait du communiqué de presse (2011)

Le CCC présente la prochaine grande exposition personnelle de Pierre Ardouvin. Elle réunit deux pôles essentiels de son travail, l’installation et le dessin, qu’il développe depuis toujours de façon complémentaire et conjointe. L’exposition se partage ainsi entre l’immense dédale de « La Maison Vide », une grande installation inédite, et un ensemble de cinquante œuvres graphiques de 1992 à aujourd’hui.

À la circulation dans les méandres de la « Maison Vide » répond une autre forme de labyrinthe, mental celui-ci, à travers les dessins : réunissant différentes périodes de sa carrière, différents types d’images, ou rappelant des projets qui furent réalisés, c’est un parcours tout aussi sinueux et démultiplié dans l’imaginaire de l’artiste qui nous est proposé.

« La Maison Vide » est une installation produite pour l’exposition dans sa forme étendue et définitive, (après une première version réduite présentée en 2008 à la Villa du Parc d’Annemasse). Au CCC, elle transforme la quasi-totalité de l’espace  en un immense labyrinthe chaotique. L’expérience proposée, d’abord ludique comme une animation de fête foraine, se colore rapidement d’étrangeté. L’œuvre se compose en effet de cloisons bancales, fragiles comme un château de cartes, qui évoquent les lignes brisées des décors de films expressionnistes où rôdent la folie et l’inquiétude, comme (« Nosferatu le Vampire » de Murnau ou « Le Cabinet du Docteur Caligari » de Robert Wiene). Le son, toujours extrêmement présent dans les œuvres de Pierre Ardouvin, vient porter atteinte à nos repères : des portes claquent, on ne sait où ni pourquoi, complexifiant notre perception de l’espace et amplifiant le sentiment de perte, de désorientation. Cette errance sans but dans la « Maison Vide », à travers des portes qui ne mènent à rien d’autre qu’elles-mêmes, nous plonge au sein d’un rêve absurde.

Une grande salle de dessins constitue l’autre pôle de l’exposition, réunissant pour la première fois un ensemble conséquent et représentatif de tout le travail graphique réalisé depuis 1992. Le dessin est pour Pierre Ardouvin une pratique spontanée qu’il mène de façon constante et récurrente, et qui a plusieurs fonctions : moyen pour noter des idées ou visualiser des projets, il peut aussi prendre un statut plus autonome, plus proche du dessin automatique, pour créer des images et des visions pures. S’il recourt parfois aux images photographiques détournées et aux collages, Pierre Ardouvin privilégie l’aquarelle, technique légère en accord avec la spontanéité recherchée, et dont la référence à la pratique de « peintre du dimanche » ne saurait déplaire à cet amateur des formes de la culture populaire.

*Seconde partie à partir du 18 juin.
En partenariat avec le Château du Rivau.

———————————————————

CIRCULATION DE L’ŒUVRE « La Maison Vide » à l’extérieur :
Exposition « Habiter », du 31 mai au 1er novembre 2015, Domaine de Chamarande