logo-mini

COLLOQUE avec KADER ATTIA

« Kasbah » de Kader Attia : entre architecture vernaculaire et signes de réappropriation culturelle

Le 06 octobre 2009

 

Une journée de conversations entre Kader Attia
&
Pascal Beausse, commissaire d’exposition, critique d’art
Selua Luste Boulbina, philosophe
Marie-Ange Brayer, directrice du FRAC Centre
Eric de Chassey, directeur de la Villa Médicis, professeur d’histoire de l’art à l’Université François Rabelais de Tours
Coloco, collectif d’architectes et urbanistes
Régis Durand, critique d’art et commissaire d’expositions
Alain Julien-Laferrière, directeur du CCC
Richard Klein, architecte et historien de l’architecture
Jean-Hubert Martin, commissaire d’exposition
Driss Ouadahi, artiste
Jean-Baptiste Minnaert, historien de l’architecture, enseignant à l’Université François Rabelais de Tours
Yvone P. Doderer, ingénieur en architecture et aménagement urbain, commissaire d’exposition
Yasmine Terki, architecte des monuments historiques, spécialiste des architectures de terre et commissaire d’exposition
Aurélien Vernant, chargé de la recherche scientifique au FRAC Centre

 

Kader Attia invite au CCC des personnalités du monde de l’art, de l’architecture et de la recherche universitaire pour une journée de conversations sur les signes de réappropriation culturelle et l’architecture vernaculaire.

Ces échanges menés par l’artiste poursuivent la réflexion qu’il a entreprise il y a plusieurs années sur les « signes de réappropriation culturelle », une réflexion nourrie d’histoire politique, sociale, et architecturale. La modernité et la globalisation ont occidentalisé nombre de caractéristiques des cultures non occidentales. Comment les populations ainsi dépossédées de leur histoire culturelle peuvent-elles se la réapproprier, inventer de nouvelles formes et de nouvelles valeurs en périphérie du monde occidental ?

C’est particulièrement à travers l’architecture que Kader Attia mène cette recherche et cette lecture des signes de réappropriation culturelle. À travers des œuvres inédites, son exposition au CCC* interroge notamment la façon dont la modernité s’est saisie du vernaculaire à travers le choc esthétique de Le Corbusier face à Ghardaïa, une ville bâtie au XI° siècle dans le désert algérien.

En collaboration avec le Fonds Régional d’Art Contemporain du Centre et l’Université François Rabelais de Tours
Radio Suisse Romande et France Culture partenaires de l’événement.
Les échanges seront à écouter sur la webradio de France Culture, accessible depuis le site www.franceculture.com

*Dans le cadre de l’exposition de Kader Attia « Kasbah » au CCC du 4 avril au 1er novembre 2009.